Quand on parle du loup…

…où petit craquage autour de mes expressions favorites.

« Les proverbes ressemblent aux papillons ; on en attrape quelques-uns, les autres s’envolent. » W. Wander

C’est l’hôpital qui se moque de la charité ! Quand il a poussé mémé dans les orties, il s’est retouvé gros-Jean comme devant. Qui dort dine me répondrait-il mais les bon comptes font les bons amis et un tien vaux mieux que deux tu l’auras. Cela a bel et bien marqué pierre blanche, en effet, un homme prévenu en vaut deux ! Enfin, il reste là comme un coq en pate mais quand il sera à l’article de la mort, qui rira qui rira bien le dernier !

Quoi qu’on en dise, pour ma part je le trouvais un peu soupe-au-lait et dans le style mouton de Panurge on ne fait pas pire. Ptête qu’a la saint glinglin quand sa femme aura un polichinelle dans le tiroir il mettra un peu d’eau dans son vin.

Quel faux-jeton ! On a beau dire que l’habit ne fait pas le moine, je crois bien qu’il a une araignée au plafond lui. En tout cas une chose est sure : il a les dents longues et j’ai bien hâte qu’il casse sa pipe.

Faut dire, je suis bonne poire, en voila un qui voulait le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Et pendant que j’en étais à me demander si c’était du lard ou du cochon lui était là à péter plus haut que son cul et à tirer des plants sur la comète.

Eh minute papillon ! je crois bien que le jeu n’en vaut pas la chandelle ! Je veux bien être le pigeon mais à ce rythme là je vais me faire appeler Arthur !

De toute façon on ne va pas se mettre martel en tête ni chercher midi à quatorze heure, hein, autant chercher un aiguille dans une botte de foin ! Il avait un nom à dormir debout mais au moins il payait rubis sur l’ongle.

Je vous imagine en train de rouler des yeux de merlan frit, cet article casse pas trois pattes à un canard mais je me suis bien fendu la poire !

« I n’y a nin d’ quoi batte on chet » diraient nos amis belges.

J’adore les expressions. A une époque avec ma soeur on en avait même inventée une c’etait « quoi qu’il arrive, garde ton chapeau » …
Alors, vous l’interprêtez comment ?

Commentaires

  1. noisette a gazouillé

    j’en reste bouche bée, c’est un article à se frotter le cul par terre. je le relirai demain, car demain est un autre jour, et là, il est temps d’aller se coucher. car qui dort, dîne.
    « quoi qu’il arrive, garde ton chapeau »: préserve toi?

  2. clacla a gazouillé

    moi j’en pense que pierre qui roule n’amasse pas mousse, yen a ras la casquette parce que chat échaudé craint l’eau froide! j’annonce la couleur: mettre du beurre dans les épinards, c’est le pied!!

  3. La Perchée de Service a gazouillé

    @Prune @ennA merci :) c’était le craque de la jnournée de boulot trop longue !

    @noisette @clacla @ Blandine raaah j’en ai oublié tant que ça des expressions ? j’aurais du faire appel à vous pour mon article !

  4. mamzellescarlett a gazouillé

    Pas mal, petit à petit l’oiseau fait son nid !
    Oui je sais, pas terrible, mais j’avais rien d’autre en stock à placer !

  5. La Perchée de Service a gazouillé

    @lili est insolente tu l’a dit bouffi

    @mamzellescarlett t’as raison j’aurai du la caser celle-là, elle correspond au blog !

    @comm and come c’est qimme ça que tu interprete « quoi qu’il arrive garde ton chapeau » ?

    @miss cha moi aussi ‘adore toutes ces expressions. je les case tout le temps !

  6. July a gazouillé

    moi aussi j’ai inventé avec ma meilleure coupine, une expression tip top c’est: « s’assoir dans des oignons ». tu vas me repondre que je crains du ciboulot, mais point du tout, je traduis « avoir une grosse desillusion ». en fait on passait devant un magasin qui s’appelait « Johnny’s cupackes » alors toutes folles que nous sommes on est rentrées, et la malheur, ils vendaient… des CDs… ahhh on s’est bien assises sur des oignons cette fois la :)

Gazouiller