Lundi matin l’empereur, sa femme et le pti prince …


… sont venus chez moi, pour me serrer la pince.
Mais comme j’étais parti-ti-ti
Le pti Prince a di-di-di
Pisske c’est ainsi nous reviendrons MARDI !

Je pense (j’aime penser) (c’est vivifiant) (cogito ergo sum) que cette comptine sans le moindre intêret est une métaphore du matin.

La famille impériale est là pour symboliser tous les éléments qui nous forcent à nous lever le matin : le reveil / le boulot / la peur de se prendre une reflexion de son boss.
Tous les matins ils sont là.
Tous les matins on a envie de les laisser à la porte.
Mais tous les matins ils nous promettent de revenir.

Quand je vous dit que les comptines sont cruelles avec les enfants. Ca a commencé avec « Dansons la capucine », et voila, ça continue. C’est déséspérant.

Par exemple : Ainsi font font font les petites marionnettes
Ainsi font font font
trois pti tours et puis s’en vont.

Dans cette comptine, les marionettes symbolisent les sous, l’argent quoi.
Il est dans ton compte (ine) en banque, il fait trois ptis tours, et il s’en va. So sad.

Ou bien :  Auprès de ma blonde, qu’il fait bon fait bon fait bon
Aupres de ma blonde, qu’il fait bon dormir
.

Ici, c’est pire que tout : On apprend tout d’abord que les blondes, c’est chouettes, par contre les brunes hein… rien, nada. Alors que bon, quand on est un peu plus grand on découvre que les brunes comptent pas pour les prunes. ça les traumatise les garcon, y sont pas préparés à notre splendeur, à nous autres brunes.
Et puis, il fait bon dormir .. mouais… et pendant ce temps là la pelouse elle se tond toute seule peut-être . Et les haies ? fait les tailler !
Quelle désillusion…

Je milite pour la création de comptines réalistes ! On nous ment ! On nous spolie !
ça donnerait :
Lundi matin, mon boss, l’horloge et mon banquier
Sont venus chez moi
Me dire de me lever
Mais comme j’ai bien dormi-mi-mi
Mon cher boss et di-di-di
Pisske c’est ainsi vous serez li-cen-ciée !

Et
Ainsi font font font les petites zécononi-euh
ainsi font font font, 3 pti tour et puis s’en vont.

Et enfin
Aupres de ma brune, qu’il fait bon fait bon fait bon
Aupres de ma brune qu’il fait bon bosser.

Et sinon la Pestouille qui est troooop sympa m’interviewée. Allez donc lire ça par là !

Commentaires

Gazouiller