Sunny day in Paris

Quand il fait beau et chaud, j’aime plus que tout, le matin, lorsque je traverse Paris en scooter pour aller au travail, voler aux passants quelques instants d’une journée qui commence.
Si j’étais photographe, c ‘est le matin que mitraillerais le quotidien des uns et des autres.

L’avantage d’être à l’arrière du scooter, c’est qu’on n’a pas besoin d’être attentif à la circulation. On peut rêver, se retourner pour suivre quelqu’un du regard.

Une maman pressée, un enfant râleur, une étudiante courant vers le métro, un homme d’affaire au téléphone, un jeune retraité en plein jogging …
Le long de la rue, près des bouches de métro, attendant au feu, traversant un parc, ils se contentent de vivre, et j’ai le sentiment d’être de l’autre coté du miroir, tournant les pages d’un roman d’Anna Gavalda.

Lorsque j’arrive prés des Invalides, je croise un militaire se tenant bien droit, une jeune femme allant sûre d’elle, les cheveux à peine secs au vent, un jeune papa, un cartable spiderman dans une main, son jeune fils dans l’autre, courant pour ne pas arriver en retard à l’école.

Puis soudain, je traverse la Seine,  j’apperçois le pont Alexandre III baigné de lumière, et je change de monde.

Sur les trottoirs, quelques businessmen affairés, puis, sur ma droite, les Invalides – de face cette fois-ci – dont le dôme doré étincelle au soleil.
Je traverse la Concorde;  un regard sur les Tuileries encore vides pour quelques heures, avant d’être envahies par les travailleurs picniquant, les grappes de touristes déambulants et les étudiants bronzant …

Place de la Madeleine, les livreurs vident leurs camions, tout s’affaire déjà. Plus d’enfant, plus de maman, plus de jeune retraité. Il faut travailler.

Commentaires

  1. a gazouillé

    Aaaah Paris :)

    Moi c’est en sortant du métro que j’essaie de grapitouiller ces moments là.
    Je lève les yeux pour voir apparaitre des détails sur les immeubles Haussmaniens ..ou des hommes sur les toits qui s’apprêtent à descendre en rappel pour nettoyer des vitres, ou encore changer les lettres sur la devanture de l’Olympia
    :loveU:

  2. a gazouillé

    c’est vrai que quand j’y pense j’ai plus trop l’occasion de voir paris le matin.. jdevrais me faire ça un de ces quatres, me lever à l’aube et aller prendre qq photos !

    j’y penserais tiens !

    joli article en tout cas ^^ je clique sur le petit bouton hellocoton !

  3. a gazouillé

    Oh, c’est rigolo !
    J’étais en « ville » ce matin très tôt, ça faisait des lustres que ça ne m’était pas arrivé.
    Et j’ai eu les souvenirs parisiens que tu décris avec quelques nuances bien sûr.
    J’ai revu les grands boulevards pas encore bondés, les petits cafés pleins.
    Ca m’a rendue nostalgique.
    Merci pour ton article tout doux.

  4. a gazouillé

    l’un des gros avantages de Paris, passer devant des endroits magnifiques, où que tu sois. Mais de préférence tôt le matin pour éviter le monde! Merci pour cette petite note qui nous fait oublier trop souvent de prendre notre temps… :!:

  5. a gazouillé

    Super cette découverte de Paris sous ce ton tout doux… C’est vrai qu’on peut rêver comme ça… J’aime souvent me demander ce qui amène les personnes qu’on croise dans la rue à faire la tête qu’il font… et là, j’en ai pour des heures ^^

    Bisous

  6. a gazouillé

    En te lisant j’ai qu’une envie, retourner vivre à Paris!! Je vivais à deux pas des invalides l’année dernière, j’en prenais plein les yeux tous les matins avant d’aller au boulot et le manège des gens dans la rue un spectacle différent tous les jours!

Gazouiller