Delly, vous connaissez ?


Régression intellectuelle aujourd’hui.

Connaissez-vous les Delly ?

Les Delly sont des livres écrits dans les années 50 (105 ouvrages au total, vendus à des millions d’exemplaires). C’est cucu à souhait, romantique, niais, prude, et par la même occasion: drôlissime.
Ce sont en quelque sorte des Arlequin à la sauce coinssduc. Je crois que dans toute la collection, le passage le plus chaud c’est quand le jeune homme embrasse délicatement les paupières frémissantes de la demoiselle. Ou bien quand il embrasse ses cheveux à la douceur ennivrante. Je ne sais plus.

Malgré tout ça, j’adore ces livres, si si, je vous jure.

Déjà, ce qui est bien, c’est qu’on est jamais surpris.
Le héro masculin est toujours un grand jeune homme d’origine aristocratique, immensément riche. Il est pétri de morgue et sa belle physionomie laisse deviner un caractère orgeuilleux mais juste. Son regard brille d’un éclat autoritaire et dominateur. (Il fiche la trouille quoi)

Il rencontre une jeune fille, souvent pauvre mais de bonne famille ( ses « attaches sont patriciennes ») , immensément belle (ses cheveux sont régulièrement d’un blond cendré et ses prunelles expressives passent du violet au bleu selon son humeur) elle est douce, serviable, pieuse mais son orgeuil est indomptable.

Généralement les deux viennent de familles ennemies, ou bien un sombre mystère les empêche de s’aimer. Souvent le jeune homme riche est dragué par de nombreuses « créatures » sans vergogne.
Mais la belle douce parfaite (chiante) fini toujours par gagner, il lui demande sa main et embrasse passionnément ses paupières frémissantes.

Voila, alors moi j’adore, parce que ça déborde de bons sentiments tellement qu’on se croirait dans un Eric-Emmanuel Schmitt, mais parfois ça fait du bien.
Je ne dirais pas que c’est de la grande littérature (loin de là !), mais c’est bien écrit, agréable à lire en bref.

Et surtout : c’est drôle ! Je connais des gens qui DETESTENT les Delly, qui disent « ‘mais attend c’est vraiment NUL« . Mais oui, mais c’est ça qui est bien !
(un peu comme ceux qui disent qu’un nabaztag ça sert à rien)

Ne vous méprenez pas, je vois déjà arriver ceux qui vont me dire « c’est comme les Jane Austen quoi » VADE RETRO SATANAS ! Ils ne jouent pas dans la même catégorie quand même !

Bon voila, par contre les Delly ne sont plus édités depuis belle lurette (on comprend pourquoi) mais on en déniche facilement dans des vides-greniers, chez les grand-mères, … sur eBay (je ne comprend pas pourquoi les gens les vendent …)

Si vous êtes légerement fleur bleue sur les bords, et que vous voulez vous marrer sur la plage cet été : foncez !

 

Commentaires

  1. fouine a gazouillé

    ooooh le beau lorenzo me fait toujours rêver, celui qui faisait semblant d’être méga fauché et en fait il s’achetait des châteaux en cachette. Mais il épouse sa cousine, ça aussi c’est que dans les delly

  2. a gazouillé

    Tu compares ça a du Jane Austen, tu veux qu’on se fâche là !!
    Parce que Jane Austen est tout de même une des écrivaine qui s’est essayée avec brio au réalisme littéraire du XVIIIe/XIXe siècle en restituant une critique sociale acérée dans un style maîtrisé qui a fait sa réputation et son succès littéraire… :nodd: :nodd:

  3. a gazouillé

    Et ben, je ne croyais jamais rencontrer qqn d’autre que moi qui aime les Delly!!! C’est trop terrible ces histoires de princesses orphelines et d’amour impossible!

  4. a gazouillé

    Non mais Jane Austen et Delly, c’est un peu pas du tout la même chose quoi… J’en ai feuilleté parfois, et des romances des années 30 aussi, c’est pas vraiment my cup of tea, mais c’est drôle. Les harlequins c’est de la pornographie à côté des Delly!

Gazouiller