Campagnes et clochers

Maisons aux volets pendants, villages abandonnés, puits bouchés, moulins éventés, églises abandonnées, granges éventrées, lavoirs desséchés …

Traverser en voiture la France des campagnes me rend à la fois triste, nostalgique et frustrée. Triste de contempler les restes avachis d’une époque belle et rude; nostalgique de ces temps qui me semblent avec le recul simples et vrais; frustrée de ne pas avoir connu cette époque.

Ces villages que la vie a abandonné, et dont la partie la plus entretenue est désormais le cimetière. Ces villages privés de leur âme, de leur vie, qui s’endorment paisiblement et inexorablement, et qui, certains, renaissent pour quelques mois le temps d’un été mais qui semblent subir un rythme qui n’est pas le leur, des estivant qui ne connaissent pas leurs traditions, tous ces éléments certes vivants mais qui dénaturent leur fraîche lenteur.

J’ai des envies de plonger dans une carte postale du temps de nos arrières grands-parents et de gouter pour quelques heures la vie parfois ingrate mais si sereine de ces campagnes, rythmée par le seul son du clocher du village, égrenant les heures, apportant les nouvelles. Ou que l’on soit autour du village, les cloches nous portent les nouvelles de ce qui s’y passe : le tocsin pour un danger imminent, le glas pour un décès, la volée pour un mariage … et tant d’autres. S’en découlait un sentiment d’appartenance à une communauté. Sentiment disparu.

Et maintenant, dans ces villages, plus personne pour sonner les cloches… Un village sans son de cloche, c’est un village sans âme, et les villages sans âme me donnent des envie de fichu, de grande jupe sombre et de sabot. Ces villages sans âme me donnent des envies de basse-cour, de gamins courant les ruelles en culotte courte, de pot-au-feu, de soirées dans le cantou. Miladiou !

Bien-sûrs ces campagnes sont encore un peu habitées, les champs sont cultivés … l’agricultures est toujours là mais les campagnes elles, ont belles et bien disparues. Cela fait longtemps, c’était inévitable, ainsi va la vie diraient certains.

* * * * *

pssst ! continuez à jouer au concours !

Commentaires

  1. a gazouillé

    Je te rejoins dans ces sentiments que tu décris si joliment. Moi aussi parfois je voudrais remonter le temps, passer une soirée avec nos aïeux à discuter de la vie autours d’un poêle à charbon et y faire griller quelques châtaignes.
    Ça me fait penser à l’ambiance de « La guerre des boutons » aussi.

  2. Alien a gazouillé

    Eh ben la Perchée, tu es mûre pour lire les romans de feu mon aïeul académicien, René Bazin !!! C’est un poète des campagnes, catholique déplorant l’exode rurale et la perte des traditions (tu vois le rapport avec moi, n’est-ce pas ?? :-).
    Je te conseille « De toute son âme », c’est juste trop beau, avec une belle histoire d’amourououour !

  3. a gazouillé

    Joli texte :loveU:
    Je te rejoints pour la sensation de pincement au coeur quand on passe dans ces villages victime de l’exode. J’ai lu quelque part qu’on assistait ces derniers temps à un effet inverse à cause de la vie cher en ville, et que des couples (pas beaucoup mais bon) reviennent à la campagne. Seul gros problème celui des écoles et des transports…

  4. a gazouillé

    Je suis très heureuse de retrouver des personnes qui, comme moi, ont la nostalgie de ces années ou, nos parents & grands-parents avaient 20 ans …
    Certes, dure vie qu’était la leur à l’époque, mais comme ils vivaient plus sainement que nous maintenant.
    Le petit village de ma grand-mère maternelle doit compter aujourd’hui…allez, peut être une trentaine de personnes ?? !!! Quand moi j’étais petite j’allais passer mes là-bas. Pas d’ordinateur, pas de téléphone, au début même pas de TV. Je me souviens, le vendredi soir on descendait au bourg chez la Mère Untel, et on regardait « Au Théatre ce soir », …c’était super …On ne s’ennuyait pas, je n’ai pas le souvenir d’une journée à me morfondre dans un coin !
    Nous allions jouer, avec mes cousins et les enfants de la DASS que ma grand-mère avait en garde, dans les champs de blés ou poussait de magnifiques coquelicots … ahhhh, souvenirs, souvenirs !!!
    Bon, allez j’arrête, sinon, j’y suis encore pour 2 ou 3 h.
    Merci pour cette jolie page..ahhh oui, j’oubliais, …je m’endors tous les soirs avec la famille Vialhe.. :loveU:

Rétroliens

Gazouiller