Ces mots qu’on aime – s’embourgeoiser

 

Les fidèles de ce blog se souviennent surement que je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises de mon amour des mots.

Et plus particulièrement des mots dont la sonorité correpond au sens.

D’ailleurs de ces billets était née l’histoire du Prince Hubert.

 

Je pensais l’autre jour à un mot que j’aime beaucoup.
J’aime le mot « s’embourgeoiser« . J’aime la façon dont il se prononce, j’aime ces belles sonorités, j’aime la façon dont « bourgeois » est mis en valeur par ces préfixes et suffixes … Pourtant le mot « bourgeois » tout seul n’a pas d’interet, il est petit, sec, aggressif, sans aucun charme.

Mais s’embourgeoiser, quel beau mot ! Nul besoin de connaitre la signification de ce mot pour en saisir le sens. La construction du mot en lui-même exprime l’allongement, le confort, ce mot rebondit confortablement, on y sent presque de l’opulence, mais pas tout à fait. C’est un grand mot pour un petite chose.
Un mot trop grandiloquent pour ce qu’il exprime, qui cache de l’ironie, une pointe de moquerie, de jalousie.

S’embourgeoiser c’est prendre des habitudes bourgeoises. Petit à petit, changer de vie, changer d’habitudes, changer de mentalité.

Quoiqu’on pense de l’embourgeoisement (ce mot existe-t-il ?), j’aime voir des gens autour de moi s’embourgeoiser pour leur lancer un mi-taquin mi-sérieux « hé bien ! tu t’embourgeoises ! » uniquement pour le plaisir de prononcer ce mot aux milles sonorités.

Commentaires

  1. a gazouillé

    Toi, tu t’interroges sur la signification des jolis mots, moi sur l’élocution des moches. exemple avec Saucisse, combien de fois je peux me le répéter par jour en me disant que ça ne veut rien dire :biggrin:

Gazouiller