Entre douleur et bonheur : Course en escarpins 2009

course-sarenza

Non non non non.

Nom d’un chien je ne parlerais pas d’échec.
Je ne parlerais pas de victoire non plus, ça c’est sûr.

Mais bon, arriver 3ieme aux quarts de finale, c’est honnête. Bon, la demi-finale fut moins glorieuse, mais on a nous excuses.

A l’heure ou je vous parle, la douleur est toujours là. Et si je peux marcher mieux qu’hier, c’est toujours en mode mémé, et j’ai toujours besoin du secours de mes bras pour lever mes jambes.
C’est pratique.
Dans le jargon médical on appelle cela un claquage je crois.
Souffrance.

Je vous raconte.
Au début, tout allait pour le mieux. Mais c’est quand une sympathique demoiselle de Sarenza nous a proposé d’aller nous entrainer avec la Talons Academy je j’ai senti les choses se corser.
Entrainement au départ : accroupie devant la ligne de départ, les mains sur la ligne : BAM c’est parti ! Je m’élance, confiante et là, clac clac ! Je sens que dans mes cuissots, ça fait bobo, tout d’un coup.

Pas grave me dis-je, avec quelques étirement ça passera vite.
Que nenni, sur la ligne du départ de la première course, je sentais bien que celle-ci ne se ferait pas en douceur. Qu’importe, je suis une guerrière.

PAN ! le coup de pistolet du départ retenti.
C’est parti ! je cours je cours je cours je cours. Demi-tour en beauté. cours cours cours. Passe le témoin à Clacla qui s’élance à son tour.
On sent quelques difficultés du côté de Clacla qui a du troquer ses chaussures trop basses ( 7,9cm au lieu de 8. Sont relous – surtout quand on voit la hauteur discutable des chaussures des gagnantes, et que de nombreuses filles portent des chaussures non-homologuées : sandales, low-boots, etc … ça laisse songeur mais passons) contre des « escarpins trop neufs et trop larges » comme dirait Marinette (qui a déjà fait un super compte-rendu que je vous invite à lire).
Marinette a son tour s’élance et réussi le difficile pari de rattraper le petit retard pris par Clacla.
C’est réussi, nous arrivons 3ieme et nous sélectionnons pour la demi-finale !

C’est sans compter sur mes cuissots qui depuis la première course me font réellement souffrir. J’arrive à peine à plier les jambes. Parlez-moi de courir.

Je décide de faire abstraction. La garde meurt mais ne se rend pas.
C’est parti pour la seconde course.
PAN !
Rebelote je m’élance, mais là stupeur, mes jambes refusent d’accélérer, et mes cuissots vont exploser. Ça a quelque chose de très frustrant de savoir qu’on peut aller plus vite mais de ne pas y arriver.
Heureusement je sauve l’honneur et n’arrive pas dernière non plus. Clacla et Marie n’arriverons pas à rattraper le retard pris. Et c’est 5ièmes que nous arrivons.

Quant à moi je m’effondre, mes jambes ne me supportent  plus. (Je suis dans un état d’esprit où j’ai juste envie de les tuer, ou de les couper en milles morceaux – si ce n’était pas la sensation que j’avais déjà : un coup de couteau dans chaque tendon)
Comme l’an dernier je fais donc connaissance avec les messieurs de la Croix-Rouge, qui sont bien aimable de soigner sans broncher des greluches qui se blessent à une course en escarpins… Merci à eux.

Suite à cette course en escarpins ont le thème était « sexy sportswear » je me pose une question existentielle : pétasse est-il un sport ?
Je serai partante pour dire que, à une certain niveau de pétasserie, oui.
Il y a des filles qui ne comprennent pas les sujet les plus simple et qui doivent penser que plus on est dénudé, plus on se trémousse devant les caméra, plus on a de chances de gagner.
Il y a à un concept que je ne comprends mais soit, chacun vis sa vie comme il l’entend n’est-ce pas ?

Je tiens à rendre hommage à notre staff, à Delphine la coach :

delph-coach

à Clairou la photographe, à Charlot la pompom-girl, et à Céc et l’Homme, nos supporters. (Plus de photos bientôt, promis. et sûrement un film)

Et un grand merci à Sarenza pour la course, le Palais Brogniart c’est juste canon, l’organisation c’était top. Bravo et merci (juste la prochaine fois : donnez-nous à manger, pas juste à boire. Le champagne c’est bien mais après on court de traviole)

PS : j’ai tapé dans gougeule. Je pense que j’ai réellement un claquage. C’est là ou je me dis que la Croix-Rouge ils sont très sympa mais pas très fût-fût : ils ont refusé de me mettre du froid (malgré les réclamations de mon super coach)alors que c’est recommandé et ils m’ont massé les jambes alors que c’est vivement déconseillé en cas de claquage.
Claquage, élongation
Qui est concerné ?
Les sportifs, surtout occasionnels, après un effort violent. Tous les muscles peuvent être touchés, mais ceux des membres sont les plus vulnérables (biceps, mollet, cuisse).
Quels symptômes ?
La douleur, brutale, donne la sensation d’un coup de fouet. Elle reflète en fait la rupture de quelques fibres musculaires et le mal peut persister pendant des semaines. Une impotence fonctionnelle et un gonflement local complètent le tableau. La personne ne peut pas poser le pied par terre ou n’arrive pas à soulever un objet avec son bras blessé.

Voilà. C’est tout moi.

Commentaires

  1. Diane a gazouillé

    Rooo bah crotte alors!!Moi je pensais que vous auriez effrayé tout le monde avec votre vidéo d’entrainement et vos concurrentes trembleraient peur en vous voyant ….bouarf l’important cédeparticiper :p

  2. a gazouillé

    rhoo bah je m’y connais pas trop en blessures sportives mais si tu as encore mal c’est plus 1 claquage qu’1 crampe..
    en tout tu peux être fière de toi, car je ne savais pas que tu avais mal dès la 1ère course et pourtant t’étais la 1ère a passé le relai à ton équipe, encore bravo à la team Gds :)

  3. a gazouillé

    oh, merdouille…. repose toi bien, moi j’ai trouvé que, même si vous avez pas gagné, vous étiez de loin les plus classes, et les plus chouettes.
    et vous vous êtes bien battues quand même, donc chapeau.

  4. a gazouillé

    Rhoo ma pauvre! Si ça persiste va voir quelqu’un, hein! C’est dommage que ce soit tombé à ce moment-là mais l’année prochaine (s’il y a ;-) ), vous ferez mieux :nodd:

  5. a gazouillé

    Bon, mais t’es sûre de vouloir le refaire l’an prochain ?? Nan parce que là ça fait quand même deux fois que tu mets ta vie en danger hein ! :biggrin:
    Bon, ben rétablis toi bien, l’essentiel n’est pas de gagner mais de participer :happydance: (phrase de vieux)

  6. a gazouillé

    Ben crotte, t’aurais du garder tes forces au lieu d’aller t’entrainer. Mais je comprends pas comment de troisième et sélectionnées en demi-finale, vous finissez cinquième.
    Vous étiez combien à aller en demi-finale ?
    Et à la cinquième place, on gagne pas 5 mois de godasses Sarenza ? :cry: :cry:

Rétroliens

Gazouiller