Entretien annuel, poil aux aisselles

entretien

Zab, qui me fait la joie de commenter régulièrement ce blog, vient de me suggérer, suite à ma crise existentielle de panne d’inspiration, de traiter l’épineux sujet de l’entretien annuel. (poil à la cervelle)

Oui alors c’est sûr, l’entretien annuel, beaucoup en ont un peu beaucoup la trouille.

Alors bien sûr pour se donner confiance il y a les classiques vus et revus, pour n’en citer que quelques uns :
- le portait de votre boss en cible de fléchettes
- se garder dans le miroir chaque matin et se dire « je suis un KING »
- Les experts du coaching vous diront qu’il faut s’imaginer l’entretien avant d’y aller. (et si on imagine le plan catastrophe, ça fiche tout à l’eau)
- le aaaah je reprend ma fiche d’entretien de l’an dernier et je fais à 100 à l’heure en panique tout ce que je n’avais pas encore fait.
- je prépare un liste d’argument de pourquoi je veux et ne mérite une augmentation.

NON. Tout ça c’est bel est bien dépassé, inefficace, déprimant, nul —> à la poubelle (poil aux aisselles)

Mesdames et messieurs sous vos yeux ébahis je vais révéler ZE technique pour aborder sereinement l’entretien annuel:

LA FUITE !

Fuyez ! par tous les moyens possibles ! Tombez malade, faites un enfant, cachez vous dans les placards ou sous votre bureau, prétextez tout un tas de réunion très très importantes et incontournables…

Faites fonctionner votre imagination, tous les moyens sont bons pour éviter cette ultime confrontation !

De toute façon cette année l’entretien annuel ne servira à rien : « C’est la crise » « la conjoncture est mauvaise  » « les chiffres ne sont pas à la hauteur des espérances » donc: pas d’augmentation, c’est sur. (sauf si vous être trader à la City)

Non vraiment, ne me remerciez pas.

Commentaires

  1. a gazouillé

    oups… ca clique plus vite que son ombre cette zorro-souris…
    Je disais…
    dans ma boite, c’est pas à l’entretien annuel qu’on négocie son augment’… qui d’ailleurs est décidée bien avant… avec des enveloppes fixes par service… et tralala… au mérite… ou à qui pleurnichera le plus fort… ou à qui sera le plus faillot…

    Y a pas de bonne recette pour réussir son EAE (entretien annuel d’évaluation)… faut reconnaitre qlqs tords mais pas des grands hein… histoire de dire… oui je sais reconnaitre mes erreurs… mais vous voyez c’est pas des grandes… et puis force de proposition et montrer son dynamisme et sa motivation pour la « suite »… et tous les blablas cordiaux à sortir pour l’occasion

    enfin je peux être très bavarde sur ce sujet…
    je trouve perso qu’il y a bcp d’hypocrisie dans ces entretiens… surtout quand il n’y a pas de retour… ou que ça n’améliore rien à la suite

    vala

  2. a gazouillé

    Ouais ben c’est bien ça. Moi dans ma boite : pas d’entretien annuel cette année.
    Au lieu de ça on nous a tous convoqués pour nous dire : pas d’augmentation cette année, sauf en cas de promotion.
    Ils ont gagné du temps comme ça.

    … et nos chefs ont bizarrement tous été promus dans la foulée…

    Bizarre…

  3. a gazouillé

    M.D.R :biglol: j’avais pas pensé à cette solution, la fuite ! Il est vrai que l’entretien annuel est un exercice peu évident, un tête à tête redouté, qui tord les boyaux et nous pose des questions existentielles : « être augmenté ou ne pas être augmenté, être reconnu pour ses compétences ou passer inaperçu malgré ses efforts, reconnaitre ses points faibles tout en sachant faire reconnaitre ses atouts…etc. » La vie est dure…

  4. Zab a gazouillé

    Ben moi l’EAE est obligatoire, et même qu’à partir de cette année il se fait en version électronique…on peut pas y couper ! le truc positif : mon chef ne pourra plus y mettre n’importe quoi, ha ha !
    mais katikatikou a raison : la plupart du tps il n’y a aucun retour et bcp de belles paroles :(

Gazouiller