Le plaisir retrouvé de la lecture

Voila ce qui arrive quand on part en vacances : on zappe un bien grand nombre de billets de blogs.
Sur ce coup-là j’ai eu de la chance, c’est grâce au billet de Juliette, que je suis finalement arrivée sur le billet de Annouchka « le plaisir perdu » dans lequel elle nous livre (c’est le cas de le dire !) sa frustration d’avoir perdu le plaisir de la lecture.

C’est en réponse à ce billet que j’intitule le mien « le plaisir retrouvé ». Plaisir retrouvé de la lecture, de tenir un livre entre ses mains, de cette addiction à un ouvrage, tant et si bien qu’on ne peut plus penser à autre chose. J’espère qu’Annouchka ne m’en voudra pas de surfer sur sa vague.

Un peu comme elle, j’ai toujours été très littéraire, et j’ai de nombreux souvenirs de nuits entières passées à dévorer un livre, sans pouvoir m’arrêter malgré mes yeux tombants de fatigue.

Un passion particulière pour les roman-fleuve qui me paraissent sans fin, et que je voudrais interminables. Car rien de plus triste que de terminer un livre, quitter ses personnages auxquels on s’est attaché. Fermer le livre, c’est comme les tuer, ils ne sont plus que des mots. C’est d’une tristesse…

Mais le bac L et la prépa, à force de matraquage littéraire, ont, un moment, eu raison de mon assiduité, de ma passion. Je n’ai rien contre les classiques, au contraire beaucoup m’ont passionné, mais la lecture est une activité qui a mon sens doit se pratiquer « au feeling » et se forcer à lire, tue le plaisir de lire.

Ainsi donc, ce bref surdosage ajouté au soudain tourbillon de la vie parisienne après l’austérité de 2ans de prépa, ma découverte du web et ma lecture de nombreux blogs, mon addiction a de nombreuses séries américaines ont peu à peu rendue quasi-inexistante ma vie littéraire.

La prise de conscience n’a pas été si longue à venir. Quand vous avez une réputation de grosse lectrice, les gens ont tendance à vous demander souvent « que lis-tu en ce moment ? » « tu n’aurais pas un livre à me conseiller ? ». Et quelle frustration de ne pouvoir leur répondre. Quelle tristesse de voir une petite déception surprise dans leurs yeux lorsque je répondais « ben… rien »

L’antidote magique ? Pour moi c’est la Fnac.
J’y vais comme une promenade. J’aime errer dans les rayon, saisir un livre au hasard, parcourir sa quatrième de couverture, le feuilleter, le reposer…. Tout compte dans la sélection d’un livre, la texture des pages, la police d’écriture, le résumé, l’image de la couverture, l’odeur.

Feuilleter, parcourir, continuer, revenir, hésiter, noter. Et soudain flasher. C’est lui. Il me le faut. Je dois le lire. il m’intrigue, il m’attire.

Souvent, je lis la dernière page du livre. Cela parait une abbération pour beaucoup, mais je trouve que le suspense d’un livre, tue le plaisir de lire car on a hâte de savoir la fin, on dévore, on galope entre les pages.
Si on connait déjà la fin, on savoure bien plus les mots, le texte, les descriptions, l’émotion des personnages.

Je n’achète pas forcément à la Fnac. Je note les titres qui me plaisent et une fois rentrée chez moi, je commande sur Amazon.
Ce n’est pas systématiquement moins cher mais :
- quand le livre existe d’occasion, j’aime l’acheter comme tel. Les livres qui ont vécu ont une histoire, portent un peu de chaque lecteur. Une tache de café, une page racornie… J’aime ce sentiment de transmission et de partage.
- et cela ajoute au plaisir de lire, le plaisir de recevoir un paquet  :)

C’est ainsi que peu à peu je me suis remise à lire. Dans le métro, le soir chez moi, le week-end… des livres trainent partout dans mon appartement et j’adore ça.

Je viens de terminer le premier tome de « Le Clan des Otori » un trés bon roman de Lian Hearn, donc j’ai hâte de lire la suite !

Et parce que je doit être, au fond, un peu sado-maso, j’ai dernièrement acheté « les frères Karamazoff » de Dostoïevski. Pour l’instant je me contente de le contempler mais je me promet que je vais vite vite trouver le courage de le commencer ! (je crois d’ailleurs que c’est Noémi l’an dernier lors du Chic Trophy qui m’a donné envie de le lire)

Allez chers lecteurs, remettez-vous tous à lire ! promis vous ne serez pas déçus.

Voila un billet bien long et pas trés rigolo. Tant pis ! Bonne journée !

Commentaires

  1. a gazouillé

    « se pratiquer « au feeling » et se forcer à lire, tue le plaisir de lire » —- : je suis mille fois d’accord !

    Mon prochain livre (en dehors du routard sur New York ;-)) sera la « Madone des enterrements ». Non non, je n’ai pas honte ;-) lol

  2. MémJé a gazouillé

    Super idée, j’avoue me retrouver souvent dans le même cas à me laisser plonger dans les séries américaines que j’apprécie beaucoup par ailleurs! Mais le plaisir de lire est tellement plus trippant quand on se laisse prendre par un bon bouquin qu’on dévore. Prochaine étape pour moi : « Le dernier des templiers » à lire m’a-t-on dit !

  3. a gazouillé

    Ce week-end, j’ai lu 2 pages dans les toilettes… Je n’ai pas eu le temps de plus, Chupa avait besoin de la place :biggrin:

    Il faut aussi que je m’y remette car j’adore ça!

  4. a gazouillé

    Bonne nouvelle !
    Une bonne librairie, mon meilleur anti-dépresseur.
    Et ce déchirement et ce vide à la fin de certains bouquins, surtout quand ils ont duré, pouf, terminé, on quitte les personnages, j’ai toujours eu du mal.

  5. a gazouillé

    J’aime beaucoup lire mais ça se fait par période en fait.
    Par contre, je ne peux pas lire un livre en sachant la fin, je suis déçue ou je n’aime pas la sensation de voir le bout du livre et de réfléchir sur le livre en sachant ce qui va se passer.

  6. a gazouillé

    Je me suis bien retrouvée dans ce billet…
    C’est vrai qu’en lecture, comme dans d’autres domaines, il peut y avoir des passages à vide. Mais quel plaisir de se plonger dans un livre, de déconnecter de la réalité…
    Depuis presque 2 ans je me suis bien remise dedans mais j’ai moi aussi un moment de mou et franchement qu’est ce que ça m’a manqué! Vive les livres!!!

  7. a gazouillé

    Pour ma part ça a été l’inverse : j’ai toujours lu de plus en plus !
    Mais c’est vrai qu’avec le rythme que l’on s’impose, on ne prend plus le temps de lire… y a qu’a voir le temps que nous prend la télé! Comme par hasard, quand la télé tombe en panne, on se remet à lire…
    Bon, ok, y a internet aussi…

  8. a gazouillé

    Le manque de temps & surtout ma dernière année d’études m’empechent de lire comme je le voudrais. Alors chaque jour je passe devang ma bibliothèque et je m’interdis d’y toucher. Oui parce que je prefère lire que bosser mes cours, donc j’en oublierai de travailler.
    Lire c’est un vrai échappatoire. Vivement que je puisse faire comme toi & m’y remettre. Ca me manque.

  9. a gazouillé

    Parfois je me dis que je devrais faire comme toi et jeter ma télé… mais je pense que ça plairait pas trop à Hubert :d

    Parce que je pense que la télé est devenue ma principale ennemie, le soir je me colle devant, avachie dans mon canapé et je m’abrutis devant des programmes débiles plutôt que d’aller lire dans ma chambre tranquillement.
    Je rentre tout juste du Virgin et j’ai adoré flâner entre les rayons, je garde bon espoir que le courage de lire me revienne ! ;)

    :happydance:

  10. a gazouillé

    (j’avais raté cet article, bizarre)

    moi aussi, je lis la dernière page du livre, avant. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le truc du suspens!

    (et je viens de terminer ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, j’en suis encore toute émue)

  11. a gazouillé

    J’aime bien ce que tu dis, c’est vrai que c’est exactement ça.
    J’avais arrété de lire il y a 7 ans quand j ai rencontré mon mec, et depuis ces années la télé fait partie intégrante de mon foyer, ce qui me mets en transe je t’explique pas.
    Cet été, pas de canapé, et une télé pourrie. J’ai lu… et depuis je n’arrète plus, ça fait tellement du bien et c’est tellement plus saint !
    Actuellement je finis « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy Toole ( à lire ! vraiment !!) et je viens de recevoir  » La vol du Paon mène à Lhassa » d’Elodie Bernard, j’ai hâte ! (oui oui bon j ai déjà lu les 30 premières pages, mais bon)
    Tchuss !

Gazouiller