De l’inarrêtable attirance …

… du tableau à craie et/ou à feutre Velada.

Vraiment, c’est compulsif. Je vais chez quelqu’un, je vois un tableau, je suis inexorablement attirée vers lui, je saisis la craie/le feutre/les aimants (rayer la mention inutile) et PAF je laisse mon GÉNIE s’exprimer.

Mon génie ne doit pas avoir grand chose à dire car 90% de ses productions se résument à ce type de… vocabulaire :

(Magnifique œuvre d’art réalisée chez Noémi samedi dernier)

Et quand je dis « je », c’est un je généralisatif. A savoir donc, qu’il généralise cette situation à l’entièreté du genre humain.

Parce que, étant donc inexorablement attirée vers le tableau afin d’y exprimer mon immeeense talent créatif, je vois très régulièrement que d’autres artistes en mal d’expression de leur ressenti sentimental y sont déjà passé.
Et c’est bien souvent que je balaye d’un geste négligeant leurs « Delphine arrête de sécher les cours! » et autres « Clarisse est la plus belle » (toute ressemblance avec des faits et des personnages réels ne serait que fortuite) afin de laisser ma trace, comme souvenir impérissable de mon passage.

Ainsi donc, c’est le grand cercle de la vie. La grande rotation cosmique du tableau de cuisine. Le palimpseste infini de l’Art !

Avouez, vous êtes pareil.

Commentaires

  1. a gazouillé

    Eh bien non ma chère, je ne suis pas pareille. Peut-être parce que je n’ai personne dans mon entourage ayant un tableau… Par contre, je suis comme toi mais avec les chats : je suis attirée par toutes boules de poils, cette envie d’aller vers elles, de jouer avec, les caresser, limite à en oublier les invités.

  2. a gazouillé

    Moi j’y dessine des fleurs.

    Je sais pas pourquoi.

    Chez mon père j’en avais un, mais maintenant je n’en ai plus et ça me manque.

    Faudrait que je le ramène.

  3. a gazouillé

    moi j’aime bien écrire des mots compliqués, comme inexorablement, anticonstitutionnellement, kilim, ou autre.
    bon, les aimants suivent pas toujours, par contre.

Gazouiller