La théorie de la ventouse

Parfois, je voudrais croire que le monde n’est qu’une grande toile de diversité, riche et aux possibilités infinies.

Parfois je voudrais croire que l’être humain ne rentre pas dans des cases, fermées et catégorisables. Qu’il est unique, original et que nul ne saurait l’étiqueter, l’enfermer.

Mais non. C’est avec une immense tristesse et un peu de désappointement, que je vous annonce, aujourd’hui, que le monde se divise en deux, voire trois catégories de personnes.

1: Les gens qui appliquent la technique dite « de la ventouse », et 2: ceux qui ne l’appliquent pas. Cette dernière partie se divisant elle-même en deux parties : ceux qui tentent de rester dignes, et ceux qui abandonnent toute tentative d’élégance.

En effet, face à un aliment de type croquant, l’Homme peut adopter 2 comportement diamétralement opposés :
- la technique dite « de la ventouse », à savoir : j’ouvre la bouche, j’y introduit le biscuit, je ferme la bouche sans croquer pour le moment, je pose mes lèvres de part et d’autres du biscuit afin de former une sorte de ventouse me permettant au moment ou je croque d’éviter de faire tomber des miettes de ma bouche.
La ventouse a triple emploi : Elle permet à la fois de capter les miettes, de les aspirer avec élégance, puis d’humidifier légèrement le reste du biscuit afin de colmater les miettes et d’éviter une chute inattendue de morceaux lors de l’extraction du biscuit.

- la technique dite « du croqui-croqui », à savoir : je croque à pleines dents, j’en fiche partout. Je me rend compte je suis couverte de miettes, je dois me lever pour me secouer. J’ai pas la classe.
Cette technique pouvant être assortie donc, pour certaines personnes, d’une main posée sous le menton, permettant une récupération salutaire des miettes en perdition.
Les miettes ainsi récupérées pouvant ensuite être aspirée dans le creux de la main, (certains font cela avec beaucoup d’élégance) ou jetées par terre dans un geste nonchalant de frottement de mains (puis, si l’on est chez mémé, poussées discrètement du bout du pied sous la chaise)

Ainsi le monde oppose les gens privilégiant l’élégance au plaisir du croquant, aux gens sacrifiant l’élégance au profit du plaisir du croquant.

Il va de soit que le me situe dans la catégorie 2B. A savoir : Gorette qui fiche des miettes partout.

Attention petit jeu :
Sur ces illustrations, saurez-vous reconnaitre et identifier chacune des techniques ?

(admirez mes talents sous Paint)
(je voulais faire des photos-témoin mais je n’ai pas eu le temps)

Edit parce que ça m’amuse et complètement improvisé : parmi ceux qui donnent la bonne réponse je tirerais une personne au sort. Cette personne gagnera un sautoir fabriqué par moi. Voila.

Commentaires

  1. a gazouillé

    moi j’en fous de partout, surtout pour les petits beurre et petits écoliers : les 4 coins d’abord, puis tout le tour, puis le chocolat le cas échéant, et enfin le reste du biscuit.

    meme que je suis très douée en terme de rapidité pour manger les petits beurre, j’avais fait un concours avec des potes, ben j’en mange 4 en moins de 30 secondes.

  2. a gazouillé

    Alors moi je dirai que la version croqui-croqui permets de garder avec soi un petit goûter pour plus tard, en effet, chez moi, c’est souvent que je retrouve les miettes dans mon décolleté! Très charmant, n’est ce pas? Surtout le chocolat fondu sur la peau … très sexy tout çà! Ceci dit, j’utilise les deux versions !

  3. a gazouillé

    Ah et j’oubliais, je dois dire qu’on reconnait bien sur la figure 1 la technique dite « du croqui-croqui » et sur la deuxième celle de la « ventouse » que j’emploie bien volontiers donc. Ya pas à dire, les dessins sont très parlants lol

  4. a gazouillé

    alors moi je dirais Figure 1 : technique du croqui-croqui et figure 2 technique de la ventouse !!!
    J’ai bon M’dame, j’ai bien révisé !!!!
    Bonne journée

  5. a gazouillé

    Le 1, c’est la technique dite « du croqui-croqui » (je dirais même ayant jeté la dignité aux orties) et la figure 2, la ventouse!

    Je suis plutôt du genre de la figure numéro 1…

  6. naxou a gazouillé

    Je dis que fig n°1: technique du croqui-croqui (d’ailleurs le profil aussi est exquis!), et fig n°2: technique de la ventouse (est-ce qu’on peut la transposer aux bisous? quand j’étais petite on se faisait des bisous-ventouses (ou aspirateur) avec ma soeur )

  7. a gazouillé

    Tu trouves ça élégant toi, la technique de la ventouse ?
    J’ai déjà essayé une fois, j’ai failli m’étouffer, c’est super dangereux !

    Vive les miettes partout sur le t-shirt. Ya que ça de vrai.

  8. a gazouillé

    Le dessin1 est celui de la technique croqui croqui et l’autre, donc, de la ventouse!
    mais il y a une troisième solution: délicatement tu enléves la belle plaque de chocolat avec des dents (après des années d’expérience bien sur!).puis, tu as déjà plus de places pour avaler en deux temps le gateau est ses miettes!

    et même, une quatrième, ma préférée:
    tu plonges le petit écolier ds un bon café..pas de miettes, juste un biscuit moeulleux et chocolaté…mmmummmmmmmmm! Kro bon! ( et ça , même à la campagne tu peux le faire!-)

  9. a gazouillé

    après moults examinations des figures et décryptage analytique des explications, je propose figure 1, la technique du croqui-croqui et figure 2 la technique de la ventouse, et voilà !

  10. a gazouillé

    Je disais donc : que je ne peux pas me passer de lire ton blog ^^

    C’est tellement vrai.

    Moi je suis plutôt croqui-croqui, enfin comme toi, je suis catégorie 2B ^^

    Et je dirais que le dessin 1 correspond à la catégorie 2B tandis que le dessin 2 correspond à la catégorie 1, la ventouse :)
    :biglol:

  11. Charlot a gazouillé

    je sais je sais !!!
    1 : technique du croqui croqui
    2 : technique de la ventouse !

    Moi je fais un peu les deux : je commence par la ventouse mais finalement j’en mets partout quand meme !
    :happydance:

  12. a gazouillé

    moi en ce moment suis croqui croqui, entre les biberons, les machines à laver, les travaux à peine le temps de manger alors manger en vitesse c’est forcement moins « délicat », et puis en mode ventouse tu dégustes moins non?!

  13. a gazouillé

    Super ta théorie, je suis morte de rire parce que c’est tellement vrai !! Perso, moi je suis croqui-croqui aussi, c’est toujours gênant après de devoir secouer ses fringues discrètement pour éviter l’effet je-fais-des-réserves-pour-plus-tard…

  14. a gazouillé

    Super ta théorie, je suis morte de rire parce que c’est tellement vrai !! :biglol:

    Perso, moi je suis croqui-croqui aussi, c’est toujours gênant après de devoir secouer ses fringues discrètement pour éviter l’effet je-fais-des-réserves-pour-plus-tard…

  15. FeeMimi a gazouillé

    oh ben moi je suis une croqui-croqui, et on se fait même des concours de croqui-croqui avec ma puce de 3 ans et des bananes…
    J’aime beaucoup tes dessins… et of course : figure 1 croqui-croqui, et figure 2 ventouse !! :-)

  16. a gazouillé

    A noter que pour la technique de la ventouse, donc hypothèse numéro 1, si le biscuit entier est trop gros, la salive arrive en se fluidifiant comme un courant fluidifié au galop des moutons pré-salés (pratique ça) du Mont St Michel (ou un truc comme ça chai plus), à tel point qu’on peut très bien tremper ses genoux avant même de faire des miettes.
    Ouep.
    Moi j’ai remarqué ça. Alors du coup, je fais toujours la technique de la ventouse, mais avec la tête légèrement inclinée vers l’arrière.

  17. a gazouillé

    Ah et aussi quand on ventousifie un biscuit, on ne peut pas dire « ferme la porte ! » (au cas où y’a qq un qui passe quoi) parce que sinon on miettifie ses genoux dejà prélavés. Et après vas y Micheline, ça colle les petits écoliers.

Rétroliens

Gazouiller