Khiva la silencieuse… Récits d’Ouzbekistan #1

Je passe sur la première journée à Taschkent, capitale de l’Ouzbekistan, ville soviétique sans âme et fourmilière à policiers (4 contrôles visa en une après-midi) dont le principal charme à été pour moi son immense Bazar Chorsu. Je reviendrais peut-être rapidement dessus dans un billet plus tard, car il me tarde de vous parle de la belle Khiva.

Une cité à laquelle on pourrait sans hésitation adresser le fameux dicton « sois belle et tais-toi » tant son centre historique Itchan Kala, ancienne étape des caravaniers avant la traversée du désert est à la fois magnifique et tristement silencieuse.
Vidée de ses habitants pendant l’ère soviétique afin d’en faire une ville-musée, Itchan Kala retrouve peu à peu sa vie depuis quelques années mais est encore bien loin de retrouver la vie qui fut la sienne.

Une citée fortifiée donc, au centre de laquelle nous avons passé 3 jours, dans le charmant hotel Islambek, dans laquelle nous avons flané durant des heures, gouté notre premier plov, musardé à l’ombre de petites chaïkhana (maisons de thé) confortablement installés sur nos tapchan (table basse surélevée garnie de coussins)
DSC04610
Entrée principale d’Itchan Kala

CIMG2109
Bazar à l’extérieur de la cité, le long des murailles

CIMG2135
Une des nombreuses médersa de la vieille ville

CIMG2165
Femmes à ombrelle dans les ruelles d’Itchan Kala


Le produit de l’été : La pastèque, on en trouve à tous les coins de rue. Enormes, sucrées, fameuses.

DSC04783
Une tapchan où il fait bon lézarder en sirotant un thé vert ou une bière Sarbast aux heures les plus chaudes.

DSC04802
Et bien-sur le fameux monosourcil, qu’on ne croise que très rarement

CIMG2299
Itchan Kala du haut des murailles au coucher du soleil

Si le belle Khiva n’est plus maintenant qu’une petite bourgade à 20 km de la grosse ville moche et déprimante d’Ourgench, elle n’en reste pas moins une perle magnifiquement conservée qui permet au voyageur d’imaginer à quoi pouvait ressembler la vie à l’époque des caravaniers de la route de la soie.

Aprés ces 3 jours à Khiva, nous partons en taxi (rentable à 4) à travers le désert du Kizil Koum en direction de Boukhara. Mais je vous raconterais cela dans un prochain billet. (edit : ça y est, il est en ligne)

Commentaires

  1. a gazouillé

    Ah quelle chance … c’est une de mes prochaines destinations. A chaque fois que je suis à Moscou, j’aime aller manger ouzbek … j’adore le Plov … et leur salades !!

    Sérieusement… profite de ce voyage sur la plus magnifique partie de la route de la soie !

  2. a gazouillé

    Ca a l’air particulièrement beau, bien conservé et à l’écart du grand tourisme pour le moment, que des bons points qui me donne vraiment envie de découvrir cette ville, et ce pays d’ailleurs.

    Etre plongée dans un autre univers ..

  3. a gazouillé

    Hello la miss!!
    L’Ouzbékistan… un rêve de petite fille pour moi, je vais devoir attendre quelques années que les enfants soient plus grand mais c’est prévu!!
    Boukhara… Tachkent…Ces noms me font fantasmer…

  4. a gazouillé

    J’ai hâte de découvrir la suite de tes récits, c’est un pays que je ne connais pas du tout donc je ne sais pas à quoi m’attendre, j’ai hâte de lire tout ça et d’apprendre plein de choses :D

  5. a gazouillé

    Tes photos sont très belles, on ressent bien l’atmosphère particulière que tu nous décrits. J’aime beaucoup les couleurs, la lumières. On dirait que ce paysage sort tout droit d’un conte des 1001 nuits.

Rétroliens

Gazouiller